The Art of the Book '03 Essay/Essai


A juried exhibition of members' work celebrating the 20th Anniversary of the
Canadian Bookbinders and Book Artists Guild/Une exposition-concours des oeuvres par les membres
en célébration du 20ème anniversaire de la Guilde canadienne des relieurs et des artistes du livre




The Quest for Excellence in the Book Arts:

Canadian Postcards from the Journey

an essay by Ed Hutchins

Every person has a story to tell and, as a result, everyone is a potential bookmaker. One of the appealing characteristics of the book arts is that everyone, using simple skills and materials found close at hand, can create a book. Often these books are appealing, imaginative, and capture the individual spirit of the person creating them. But this easy introduction is deceptive. There comes a time when it is not enough to simply make a book, and the desire to produce a well-crafted book using quality materials sets in. A life-absorbing journey then commences. This is the quest for excellence in the book arts.

Defining Excellence
Excellence is the sustained, concentrated effort to produce work to the highest standard attainable. Since the book arts cover many areas, the benchmarks for measuring success are different for each artist.
     “When designing books and broadsides,” says Margaret Lock of Lock’s Press in Kingston, Ontario, “I try to present the text the way I want to read it, and how I will still want to read it thirty years from now. I make the design an opportunity for other people to understand it, evaluate its full meaning, perhaps discover the content and add to their associations with it, even modify their own ideas because of its meaning.” Book artist Lise Melhorn-Boe of North Bay Ontario adds, “I want my books to capture the reader's imagination, to make the reader confront the issue I am tackling and ponder the subject. I think my best work does this with humour — I try not to be didactic — and with elegance, beauty and style.”
     “Excellence in letterpress limited edition printing,” says printer William Rueter of Dundas, Ontario, “is reflected in care and craftsmanship; the selection of quality materials; use of good machine-made or mouldmade papers; careful printing of pages and images; care in typesetting; even inking of type; careful consideration of all design elements; choice and appropriateness of typefaces; appropriate binding materials and binding format.”
     For papermaker Wendy Cain of Newburgh, Ontario, “the paper has to match the specific requirements of the book. For example, I made paper for Lock's Press using sisal pulp sheet and bleached flax pulp sheet. This made a paper with the crisp resiliency of flax and the visual softness and faintest hint of raw umber colour from the sisal. I will make whatever materials modification is required and similarly will modify equipment or work techniques as the goals of the project demands.”
     Excellence in the book arts, no matter what the area of concentration, starts with quality materials, includes knowledge acquired over time on how to use the materials to their best advantage, and the process results in a final product that delights and educates future book lovers as much as it does current ones.

Achieving Excellence
When discussing excellence, Wendy Cain notes, “as a paper artist, the best work looks effortless.” An appearance of effortlessness in the final presentation, as most artists are aware, is actually the result of much planning, repeated attempts, and extensive hard work. “The quest for excellence dictates a fairly slow working pace, careful checking of printed impressions, and attention to binding details,” adds Will Rueter
     Book artist Tara Bryan of Flatrock, Newfoundland, continues the discussion: “I try to take my time and let ideas develop. I make dummies and play with them. It's a mystical process to me and I spend a lot of time looking, holding, letting whatever I'm working on be absorbed into my system. Deadlines, life, other work keep me from pondering a project for too long, but I try not to rush, and to wait for the solutions to come before I commit myself to a structure or material.”
     “I do modify some of my work to achieve what I hope will be excellence,” Ann Vicente of Vancouver, British Columbia, observes. “As with many artists — the ideas flow and often come full blown. I want to make them yesterday. I have the completed piece pictured in my mind. The tedious task of breaking down the steps, taking time for things to dry, or to be in the press are hard for me. I have to push myself to slow down and make sure things are done well — that the final project will communicate skills.”
     “I work and rework ideas, make many maquettes,” comments book artist Carolyn Qualle of Calgary, Alberta. “I try to let the soup of ideas, textures, materials, methods, visuals, and text ferment for a while, then I begin the process again until I am satisfied.” Toronto book artist Mira Coviensky is another artist who makes lots of maquettes in the search for the best approach. “I am willing to redo and redo as much as needed, in both design and fabrication, to achieve excellence,” she states.
     As a postscript, Ann Vicente adds, “This is also the place to talk about destroying the failures — just like a printmaker tears the imperfects in half — it is important that the less than excellent products do not reach the marketplace and come back to haunt you.”
     The process of achieving excellence requires careful consideration of all artistic options; it requires trials and mistakes that lead up to the best solution; it requires attention to the smallest detail; and it requires faith that improvement is possible and attainable.
     The goal, as stated by Tara Bryan, “is to put a LOT of work into making things look effortless.” In the words of Aristotle, “We are what we repeatedly do. Excellence then, is not an act, but a habit." Excellence is a concentrated focus on high standards, it is a daily task, it is a groove carved out over time.

Accommodating Expedience
A common goal for artists is to strive for excellence. Unfortunately there are many influences that try to sabotage the process including deadlines, budgets, and the specific needs and requirements of each project. These can disrupt and sidetrack the pursuit for excellence. Artists frequently need to consider the best way to accommodate expedience.
     For Mira Coviensky it involves simplification. “For editions, I try to design the project in such a way that expedience is satisfied by using a non-complicated fabrication. The initial design work can be very lengthy though to get to the point that the fabrication is expedient.”
     “I came to the book arts in my 50's,” comments Ann Vicente. “My eyes and arthritis do not always allow for excellence! But we must be careful not to spend all of our time apologizing for our work — it detracts — and can lead others to look for errors.”
     For some artists, including papermaker Susan Mills of Inverness, Nova Scotia, there is no compromise: “my book art is not a Hollywood movie as far as financing. The decisions are mine — I try and make good choices. I don’t set deadlines, and can put work aside until I know what to do. I also abandon work.” Another book artist who echoes this thought is Lise Melhorn-Boe, of North Bay, Ontario. She says, “I can't think of an instance offhand in my own work when I have consciously thought to do something shoddily just to get it done.”
     But for most artists there is a need to find a balance between the necessity to complete projects and the desire to do them perfectly. “Expedience forces me to override perfectionism,” notes Carolyn Qualle. “Excellence always gives way to expedience otherwise they would have to pry my work from my cold dead fingers.”

Finding Value in Excellence
Is it worth the additional effort and extra expense to add excellence to a book arts project? “Absolutely,” declares Susan Mills, “inferior work doesn’t sell.”
     It would be nice if it were that simple. For many artists the answer is more complex.
     “I think there is an appreciation of excellence of craftsmanship,” notes Mira Coviensky, “but less appreciation of the excellence of artistic skills. It's harder perhaps to see the amount of work going into artistic development of a piece than the amount of craft work.”
     From another perspective, Margaret Lock observes, “Selling hand-printed books is like offering a rose to customers whose standard is a dandelion. I am used to it. My books have a very limited market. They presuppose a literate, intellectual audience. Only a few book collectors have a taste that coincides with mine. About one third of my sales are to other book arts people who have come to know my work, accept its difficulties, and have decided they like my style. I value their endorsement of my work.”
     “Unfortunately,” notes Will Rueter, “many people have trouble recognizing excellence in the handmade book or the book arts in general. Perhaps it’s their overexposure to full color printing or the foil-covered dazzle of commercial book manufacture, but many viewers don’t immediately appreciate the subtlety of letterpress impression on a tactile text paper or the delicacy of a fine binding. Ours is a craft of quality and subtlety. Book arts fairs and exhibitions such as The Art of the Book ‘03 create an opportunity to educate the public and hopefully to make a few converts. There is much to be done to convince people of the value, and inevitable cost, of a fine handmade book.”
     “I believe,” says Lise Melhorn-Boe, “that there is a lot of audience-education to be done to help people understand the work and the care that is involved in making books by hand. Even with mass-produced books, there is a lack of awareness of what is involved in the design and selection of materials to make a book that stands out from the crowd. Computers are great in that they have made typesetting and layout available to more people, but just because there is software and a good idea doesn't mean that an excellent piece of printed matter will result.”

Excellence, an Attainable Goal
Excellence is an elusive, sometimes frustrating quest to bring out the best in our work. In the process the efforts we apply to the experience can’t help but bring out the best in ourselves. It comes down to each individual artist and what we want to take away from our work. We may start off in a burst of undirected enthusiasm and thrill at seeing our work in print for the first time, but eventually we come to recognize the value of honing our skills, using the best materials, and pushing to achieve a higher degree of accomplishment.
     If, in the end, we have a greater understanding of the book arts, if we have reached a higher degree of expertise, and we have gained a personal sense of satisfaction that we have tried our best, then that is enough. We have achieved excellence.




La quête de l’excellence dans l’art du livre:

Portraits canadiens

essai par Ed Hutchins

Tout à chacun a une histoire à raconter et représente donc potentiellement un créateur de livre. L’un des aspects les plus attrayants dans l’art du livre est la faculté de chacun de créer un livre à l’aide d’aptitudes simples et de matériaux ordinaires. Ces livres sont souvent touchants, imaginatifs et reflètent l’esprit du créateur. Cependant, la facilité de cette première approche est trompeuse, car arrive un moment où le désir de faire un livre est remplacé par le désir de faire un beau livre avec des matériaux de qualité. Commence alors une quête passionnée : celle de l’excellence dans l’art du livre.

Définition de l’excellence
L’excellence implique un effort soutenu et intense destiné à produire une œuvre dotée des critères de qualité les plus élevés. Puisque l’art du livre recouvre plusieurs domaines, les points de repère, servant à mesurer la réussite, diffèrent d’un artiste à l’autre.
     "Lorsque je crée des livres ou des in-plano, explique Margaret Lock de Lock’s Press à Kingston (Ontario), j’essaie de présenter le texte comme je souhaite le lire aujourd’hui et dans trente ans. Le design permet au lecteur de comprendre le texte, de mesurer toute sa signification, peut-être de découvrir le contenu et de l’ajouter à ses idées, et même de changer ses propres opinions après la lecture du texte." L’artiste du livre Lise Melhorn-Boe de North Bay (Ontario) ajoute : "je veux que mes livres interpellent l’imagination du lecteur, que ce dernier soit confronté à la situation que j’aborde et médite sur le sujet. Je crois que mes meilleurs œuvres y parviennent par l’humour, l’élégance, la beauté et le style – et j’essaie de ne pas avoir un discours trop didactique – ainsi que."
     "L’excellence dans l’impression des éditions limitées est le reflet du soin et du savoir-faire de l’artiste ; du choix de matériaux de qualité ; de l’utilisation d’un bon papier mécanique ou fabriqué sur machine à forme ronde ; de l’impression soignée des pages et des images ; du soin apporté à la composition ; même à l’encre utilisée ; de la prise en compte de tous les éléments de la conception ; du choix des polices de caractères ; du matériaux et du format de reliure appropriés", estime William Rueter de Dundas (Ontario).
     Selon Wendy Cain, papetière à Newburgh (Ontario), "le papier doit correspondre aux besoins spécifiques du livre. Par exemple, je fabrique du papier pour Lock's Press avec de la feuille de pâte de sisal et de la feuille de pâte de lin blanchie. Le résultat est un papier dont la tolérance est celle du lin et dont sa douceur apparente et sa légère couleur terre sont celles du sisal. Pour répondre à la demande, je suis prête à changer les matériaux et parallèlement à modifier l’équipement ou les techniques de travail."
     La recherche de l’excellence dans l’art du livre, quelle que soit le domaine, commence par des matériaux de qualité. Elle passe ensuite par l’accumulation du savoir acquis au cours du temps sur l’utilisation de ces matériaux. Le processus donne finalement un produit qui ravit et instruit les amoureux des livres.

Atteindre l’excellence
Au sujet de l’excellence, Wendy Cain note : "en tant que créatrice de papier, le meilleur travail sent le naturel." Comme la majorité des artistes le savent, cette apparence de naturel dans la présentation finale est, en fait, le résultat de nombreuses maquettes, d’essais répétés et d’un travail acharné. "La quête de l’excellence suppose un rythme de travail très lent et un contrôle minutieux des impressions et de la reliure," ajoute Will Rueter.
     L’artiste du livre Tara Bryan de Flatrock (Terre-Neuve), poursuit le débat : "j’essaie de prendre mon temps pour que mes idées se développent. Je fabrique des maquettes et joue avec. C’est, pour moi, un processus mystique et je passe beaucoup de temps à observer, manipuler, et à intégrer mon travail dans mon système de pensée. Les délais, la vie, les autres tâches m’empêchent de méditer sur un projet trop longtemps. Cependant, j’essaie de ne pas me précipiter et d’attendre que les solutions apparaissent d’elles-mêmes avant d’opter pour une structure ou un matériau."
     "Je modifie certains de mes travaux pour atteindre ce que j’espère être l’excellence", affirme Ann Vicente de Vancouver (Colombie-Britannique). "A l’instar de nombreux artistes, les idées affluent et s’épanouissent la plupart du temps. Je veux les réaliser immédiatement. J’ai la totalité de l’œuvre dans ma tête. Décomposer les étapes, attendre le séchage ou paraître dans la presse sont des tâches qui me paraissent très fastidieuses. Je dois me forcer pour ralentir et m’assurer que tout est correct, en somme que le résultat final sera représentatif de mon talent."
     "Je modifie maintes fois mes idées et crée plusieurs maquettes", explique l’artiste du livre Carolyn Qualle de Calgary (Alberta). "J’essaie de laisser mijoter pendant quelque temps ma mixture composée d’idées, de structures, de matériaux, de méthodes, de supports visuels et de textes, puis je recommence le processus jusqu’à ce que je sois pleinement satisfaite." Mira Coviensky de Toronto, artiste du livre également, conçoit aussi un grand nombre de maquettes afin de trouver la meilleure approche. "Je refais la conception et la fabrication autant de fois qu’il est nécessaire pour atteindre l’excellence", affirme-t-elle.
     Ann Vicente ajoute : "c’est également le moment de parler de la destruction des œuvres ratées. Comme l’imprimeur déchire en deux les exemplaires défectueux, il est important que les produits médiocres ne soient pas commercialisés et ne reviennent pas vous hanter."
     Le processus visant à atteindre l’excellence exige de prendre sérieusement en considération toutes les options artistiques ; il est semé d’essais et d’erreurs, mais ceux-ci ouvrent la voie de la meilleure solution ; il exige une attention au moindre détail et la certitude qu’une amélioration est possible et réalisable.
     L’objectif, d’après Tara Bryan, "est de travailler avec acharnement pour que les choses paraissent naturelles". Selon les mots d’Aristote, "nos gestes quotidiens nous définissent. Dès lors, l’excellence n’est plus un acte, mais une habitude". L’excellence est l’aspiration vers les critères élevés, c’est une tâche quotidienne, une empreinte creusée au cours du temps.

Adapter les impératifs
L’atteinte de l’excellence est un objectif commun à tous les artistes. Malheureusement, de nombreux obstacles peuvent entraver le processus, tels que délais, budgets, besoins et conditions spécifiques à chaque projet. Ils peuvent perturber et dérouter cette quête de l’excellence. Les artistes doivent souvent trouver une solution pour adapter les impératifs à leur art.
     Pour Mira Coviensky, il s’agit de simplifier les choses. "Pour les éditions, j’essaie de concevoir le projet avec une fabrication simple afin de répondre aux différents impératifs. Le travail de création initial visant à obtenir la bonne fabrication peut néanmoins être très long."
     "J’ai découvert l’art du livre vers la cinquantaine", déclare Ann Vicente. "Mes problèmes de vue et mon arthrite me gênent dans ma quête de l’excellence ! Mais nous devons veiller à ne pas nous excuser à tout va pour notre travail – cela nous nuit et peut inciter les autres à partir à la recherche d’erreurs."
     Pour certains artistes, comme Susan Mills, papetière à Inverness (Nova Scotia), il n’existe pas de compromis possible. "Mon art n’a pas le budget d’un film d’Hollywood. Les décisions n’appartiennent qu’à moi, j’essaie de faire les bons choix. Je ne fixe pas de délais et je peux laisser un travail de côté jusqu’à ce que je trouve une solution. Il m’arrive aussi d’abandonner complètement des travaux." C’est également le propos de Lise Melhorn-Boe de North Bay (Ontario), une autre artiste du livre. "Je n’ai pas d’exemple de projet que j’aurais consciemment mal fait uniquement pour le terminer."
     Mais la plupart des artistes doivent trouver un équilibre entre le besoin de terminer des projets et le désir d’atteindre l’excellence. "Les impératifs m’obligent à moduler mon perfectionnisme", remarque Carolyn Qualle. "La recherche de l’excellence cède toujours la place aux impératifs sinon je mourrais avec mon travail inachevé entre les mains."

L’intérêt de rechercher l’excellence
Les efforts et les dépenses supplémentaires que supposent la recherche de l’excellence dans l’art du livre valent-ils la peine ? "Absolument, affirme Susan Mills, le travail de qualité inférieure ne se vend pas."
     Tout serait bien si c’était si simple. Pour la plupart des artistes cependant, la réponse est plus complexe.
     "Je pense que l’excellence de l’art est appréciée, explique Mira Coviensky, mais il n’en est pas de même pour l’excellence des talents artistiques. Il est peut-être plus difficile d’évaluer la quantité de travail nécessaire au développement artistique d’une oeuvre que la quantité d’oeuvres."
     Dans une autre perspective, Margaret Lock observe : "vendre des livres imprimés à la main revient à offrir une rose à un client qui préfère des pissenlits. J’en ai l’habitude. Mes livres touchent un marché très limité. Ils s’adressent à un public intellectuel et cultivé. Seuls quelques collectionneurs de livres partagent mes goûts. Environ un tiers de mes ventes vont vers d’autres artistes du livre qui connaissent mon travail, son niveau de difficulté et qui aimaient mon style. J’apprécie beaucoup leur soutien."
     "Malheureusement, déplore Will Rueter, nombre de gens peinent à reconnaître l’excellence dans le livre fait à la main ou l’art du livre en général. Peut-être est-ce dû à la surexposition du public face à l’impression en couleur ou à l’éclat des couvertures de l’industrie du livre de grande diffusion, et nombreux sont ceux qui n’apprécient pas la subtilité de l’impression typographique sur un papier agréable au toucher ou la délicatesse d’une belle reliure. Nos livres sont un mariage entre qualité et subtilité. Les salons et les expositions, tels que The Art of the Book ’03, offrent l’occasion d’éduquer le public dans l’espoir d’en convertir certains. Il n’est pas facile de faire comprendre au public la valeur, et donc le coût, d’un beau livre fabriqué à la main."
     "Je crois que le public doit être informé pour l’aider à comprendre le travail et le soin nécessaires à la fabrication des livres artisanaux. Même avec les livres produits en série, les gens n’ont pas conscience des considérations de conception et le choix des matériaux pour créer un livre qui se distingue des autres. Les ordinateurs sont formidables, dans le sens où ils ont permis au grand public de manipuler la composition et la mise en pages. Mais ce n’est pas parce que vous avez une idée et un ordinateur que vous produirez une excellente impression", estime Lise Melhorn-Boe.

L’excellence, un objectif accessible
L’excellence est fuyante, parfois frustrante. Dans le processus, les efforts que nous faisons font ressortit le meilleur de nous-même. Cela dépend de chaque artiste et de ce que chacun veut faire ressortir de son travail. Peut-être nous laissons-nous entraîner par un élan d’enthousiasme incontrôlé à la vue de notre travail imprimé pour la première fois, mais réalisons finalement qu’il nous faut peaufiner nos talents en utilisant les plus beaux matériaux pour atteindre un nouveau palier dans l’excellence.
     Si finalement nous comprenons mieux l’art des livres, si nous avons cultivé notre expertise et sommes empreints de la conviction personnelle d’avoir fait de notre mieux, nous aurons atteint notre objectif : l’excellence. 




Powered by Wild Apricot Membership Software