The Art of the Book '98 - Essay/Essai



A juried exhibition of members' work celebrating the 15th Anniversary of the 
Canadian Bookbinders and Book Artists Guild/Une exposition-concours des oeuvres par les membres 
en célébration du quinzième anniversaire de la Guilde Canadienne des relieurs et des artistes du livre.




What is the Art of the Book?

an introductory essay by Susan Warner Keene

It has been many years since the book ceased to reign supreme as purveyor of information and preserver of text. Today schools do not necessarily assign basic textbooks for courses; libraries looking for space for other formats of information storage are reducing their allotment for books. The dissemination of text over electronic networks is faster and cheaper than even automated mass book production can achieve. As more and more of us have the capability to become part of the network, not only can we have access to texts in abundance, but we can also become virtually published authors ourselves.


Yet interest in the making of actual books continues to grow, as the exhibition The Art of the Book '98 testifies. Perhaps the apparent democratization of access to publication that the computer enables has helped to fuel the current burst of interest in the handmade book. Certainly the availabilty of technologies for high quality photocopying and transfers, page layout, manipulation of imagery, and laser printing places the elements of bookmaking within the reach of almost anyone.


But do the results of such samizdat bookmaking have anything to do with the exquisitely wrought books produced by professional design binders, whose understanding of materials and techniques of construction is based on years of personal commitment and centuries of tradition?


Both approaches are represented in The Art of the Book '98. The fact that this exhibition allows for such juxtapositions to occur demonstrates the organizers' willingness to invite a broad interpretation of the art of the book and to raise fascinating questions about what the book means in the context of this so-called information age.


It is customary in juried exhibitions of this kind to establish categories for entries. The fastest growing of these, Artists' Books, frequently causes puzzlement. Is an artist's book a volume containing examples of the artist's work? Is it a book conceived by an artist but carried out by a skilled bookbinder? Is it a work conceived and carried out by an artist dealing with book-related ideas, possibly for the first time? These and other variations are all possible. They are usually set apart from the category Fine Binding which highlights the considerable range of skills and experience required to produce an outstanding interpretitive structure to house a particular text.


While it is no doubt right and proper to acknowledge the differences between these categories of endeavour, the fact is that all of these objects can be viewed as artist's books. In an environment in which information is ubiquitous, malleable, and of variable form, handmade books can aspire to be personal, sensuous, surprising, challenging, or moving. When successful, they blend text and form in an intimate experience of which reading is only a part, thus engaging a reader in a complex range of responses. In this sense, they are artistic: they invoke values that extend far beyond the useful task of making a text available to be read.


In this exhibition the principal difference between the books in the Fine Binding and Artists' Book categories appears to be the emphasis, in the former, on the traditional codex form interpreted through sophisticated materials and refined structures and, in the latter, on exploring more personal formats, using less technically demanding materials and techniques and frequently incorporating found materials. Makers of both kinds of books, however, insist upon the presence of the book as object, whether by means of qualities of materials, ingenuity of folds, fluidity of turning covers and leaves, impression of type in handmade paper, or juxtaposition of letter-form, text, and illustration.


Dawn Skinner's Point of the Graver and Hélène Francoeur's Endgrain, are award winners in the Fine Binding category. In both books, contrasting textures of leather and paper present a succession of sensations to the fingertips as well as to the eye, as the book, in traditional codex form, is withdrawn from its box, covers opened, and pages turned. In the Artists' Book category, Claire Van Vliet's Tumbling Blocks is a palm-sized version of a child's alphabet book in which ingenious folding attaches each successive letter page to the previous one by a different edge. Reading the book requires that the pages tumble in the hand rather than turn predictably. While the eye searches out the narrative, "A,B,C...," the fingers discover how to keep the block tumbling, enacting the learning of a sequence that is critical to the purpose of alphabet books.


Both approaches are predicated on the overwhelming importance of physical interaction between book and reader.

This desire to provide an intimate, personal encounter with language and image is evident in small books in which individuals give form to a poem, a diary, or short narrative. Good examples in this exhibition are Emily Martin's pop-up books about personal growth, Peggy Heigold Strong's accordion-fold book Waiting for Frogs, in which she records her springtime vigil, and Lise Melhorn-Boe's exasperated tunnel book about wifely submission, A Good Wife Wouldn't....


Such individual products, in which the artist creates text, imagery, and structure are at odds with the European tradition of fine bookbinding, which employed the skills of several people. Although in this exhibition we do not see work from truly traditional workshops, collaboration is very much in evidence as a contemporary practice. In Kafka - An Ancient Manuscript, William Rueter's typography and Don Taylor's paste paper illustrations work perfectly together to portray the narrator's deteriorating state of mind.


Bookbinder Jacques Fournier collaborated with visual artist Sylvia Safdie and writer Denise Desautels to create La passion du sens, an interpretation of a short text by Desautels. This elegant, simple, yet intriguing work embodies key qualities that promise a long life for the art of the book. Materials deployed with skill and ingenuity transform reading the text into an experience as delicate, nuanced, and shifting as the words themselves. Colour, texture, translucency, reflection, weight -- all come into play; the movement of the reader's head and hands, as well as eyes, uncover meanings in the text and give them form.


This work succeeds because of the artists' completeness of vision, their understanding of the interpenetrating realms of visual, intellectual, and sensory experience, and their skill in manipulating materials to give them shape.


These are the strengths of the book arts as a medium for expression. At a time when information is described as just another commodity to be manipulated and managed for profit, those who practice the art of the book possess the means to inform the reading experience with passion and imagination.


Qu'est-ce-que l'art du livre?

essai par Susan Warner Keene

Depuis bien des années, le livre a cessé d'être le fournisseur suprême d'informations et le préservateur du texte. Aujourd'hui, les écoles n'utilisent plus nécessairement les livres de texte de base pour leurs cours; les bibliothèques réduisent l'espace destinée aux livres pour faire place à l'emmagasinage d'autres formats d'information. La dissémination du texte par l'électronique est plus rapide et même moins coûteuse que la production de livres en masse. De ce fait la plupart d'entre nous avons compétence pour devenir membre du réseau et non seulement nous avons accès à une abondance de textes, mais nous pouvons virtuellement devenir auteurs nous mêmes.


Malgré tout, comme en témoigne l'exposition The Art of the Book '98, l'intérêt porté à la fabrication même des livres ne cesse de s'accroître. Une certaine curiosité portée au livre fait-main est peut-être due à la démocratisation apparente de publications générées au moyen de l'informatique. Sans doute, la disponibilité de technologies telles que la photocopie de grande qualité, la mise en page, la manipulation de l'image et de l'imprimerie au laser fournissent les éléments de base, essentiels à la reliure, à la portée de chacun.


Les résultats de la fabrication du livre en samizdat, ont-ils quelque chose à voir avec le façonnage exquis des livres produis par des relieurs d'art professionels, dont la compréhension des matériaux et des techniques de construction est basée sur des années d'engagement personnel et des siècles de tradition?


Ces deux approches sont représentées dans The Art of the Book '98. La juxtaposition qui a lieu dans cette exposition démontre que les organisateurs ont voulu inviter à une interprétation étendue de l'art du livre, tout en relevant les questions fascinantes sur le sens même du livre dans le contexte de ce que l'on appelle l'âge de l'information.


Dans les expositions-concours, il est coutume d'établir des catégories. Le Livre d'Artiste, une catégorie en voie d'expansion rapide, porte fréquemment à l'énigme. Est-ce un livre qui contient les oeuvres de l'artiste? Est-ce un livre conçu par un artiste et exécuté un relieur? Est-ce un livre conçu et exécuté par un artiste du livre si ce n'est même pour la première fois? Toute variation de ces formes sont possibles. Toutefois, elles sont d'habitude séparées de la catégorie du Livre d'Art, qui met en valeur des compétences et des expériences d'une variété considérable, afin de produire une structure interprétant un texte particulier.


Bien qu'il soit approprié de reconnaître les différences entre les catégories, le fait est que chaque objet peut être vu comme un livre d'artiste. Dans notre environnement où l'information est omniprésente, malléable et multiforme, le livre fait main aspire à être personnel, sensuel, surprenant, provocateur ou émouvant. Le succès d'une oeuvre amène le lecteur à une expérience intime et un répondant d'une variété complexe. C'est précisément dans ce sens que l'oeuvre est artistique: elle évoque des valeurs qui s'étendent au delà de l'utilitié du texte.


Dans cette exposition, la différence principale entre Reliure d'Art et Livre d'Artiste est prédominante. La première, sous la forme traditionnelle du codex est représentée à travers des matériaux sophistiqués et des structures raffinées. La deuxième est représentée par l'exploration de formats personels, utilisant des techniques et des matériaux moins exijants. Dans les deux cas, l'artisan insiste sur la présence du livre en tant qu'objet, que se soit par la qualité des matériaux, des pliures ingénieuses, de la fluidité à tourner les pages, à ouvrir les plats, de l'impression typographique sur du papier fait- main ou de la juxtaposition des lettres, du texte et de l'illustration.


Point of the Graver de Dawn Skinner et Endgrain d'Hélène Francoeur sont les gagnants de la catégorie Reliure d'Art. Dans les deux livres, le contraste des textures du cuir et du papier présente une succession de sensations à la vue et au toucher lorsque le livre, sous forme de codex, est sorti de sa boîte, les plats sont ouverts et les pages tournées. Dans la catégorie Livre d'Artiste, Tumbling Blocks de Claire Van Vliet, le livre, tenant dans la paume de la main, est un alphabet d'enfant où la pliure ingénieuse attache chaque lettre en page, successivement d'un côté différent; les pages tournent en culbutant par un mouvement de la main. L'oeil cherche l'A,B,C... pendant que les doigts découvrent la façon de faire culbuter le bloc, exprimant ainsi les séquences critiques de l'apprentissage de l'alphabet.


Les deux approches attribuent une importance immense à l'interaction entre le lecteur et le livre.


Parmi les petits livres, dans lesquels chacun donne forme à un poème, un journal, un petit récit, le désir de procurer une rencontre personnelle par la langue et l'image est évident. On trouve en cette exposition de bons exemples de ce phénomène: Les livres "pop-up" d'Emily Martin sur son évolution personnelle, le livre accordéon Waiting for Frogs dans lequel Peggy Heigold Strong relate sa vigile du printemps, et le livre tunnel de Lise Melhorn Boe concernant la soumission de l'épouse, A Good Wife Wouldn't....


Ces productions individuelles dans lesquelles l'artiste crée le texte, l'imagerie et la structure ne sont pas courantes dans la reliure traditionnelle européenne qui compte sur l'habileté de plusieurs disciplines. Bien que cette exposition ne représente pas le travail d'ateliers traditionnels, des projets de collaboration sont mis en évidence. La typographie de William Rueter Kafka - An Ancient Manuscript et les papiers décoratifs de Don Taylor s'accordent parfaitement à décrire l'état d'esprit déterioré du narrateur.


Le relieur Jacques Fournier, l'artiste visuel Sylvia Safdie et l'écrivain Denise Desautels ont collaboré à la création La Passion du Sens, une interprétation du texte de Desautels. Cette oeuvre élégante, simple et intrigante, assure des qualités essentielles à la vie future de l'art du livre. Les matériaux déployés avec adresse et ingéniosité transforment la lecture en une expèrience aussi délicate, nuancée et astucieuse que les mots eux-mêmes. Couleur, texture, translucidité, réflection et poids, tout est mis en jeu. C'est par un mouvement de la tête et des mains autant que par ses yeux que le lecteur découvre le sens du texte, en lui donnant sa forme.


Le succès de ce travail est achevé par la vision complète de chaque artiste, leur compréhension et leur imagination visuelle, intellectuelle, leur expérience des sens et leur habileté à manipuler des matériaux pour leur donner forme.


Telle est la force des arts du livre, en tant que moyen d'expression. A une époque où l'information n'est qu'une commodité manipulée pour le profit, ceux qui pratiquent les arts du livre possèdent les moyens d'informer l'expérience d'une lecture avec passion et imagination.



Powered by Wild Apricot Membership Software